Pélerinage-Chemin Kempt, Marche nordique, danses de ligne et vtt

Les postes de gardiens,

((Amqui, cents ans à raconter, 1889-1989))

 

Les gardiens

 

Dans les conditions ou se trouvait cette route, il est facile à comprendre que les voyageurs avaient besoin d'assistance.

L'on installa donc des gardiens à différents points de la route. Le premier gardien de poste fut installer à la rivière St-Pierre, à la tête du Lac Matapédia. Ce fut Pierre Brochu, titulaire de ce poste. Il sera le premier et le seul colon de la Vallée de 1833 à 1839. Il avait un grand bateau à fond plat, propriété du gouvernement, avec lequel il transportait les voyageurs, les animaux et la marchandise. A certaines périodes, les éleveurs des paroisses du long du fleuve St-Laurent, traversaient avec leurs troupeaux en direction des Maritimes pour y vendre leurs animaux.

 

Par la suite, trois autres gardiens se sont ajoutés: Jonathan Nobles aux Fourches

(Causapscal) en 1839, Thomas Evans à Assemetquagan en 1846 et un à Amqui en 1848.

L'indien Para:      Dès 1839, un indien du nom de Para avait construit une cabane au Petit Lac (endroit indiqué à 12 milles et demi en amont des Fourches, le place à Amqui. Il y fait peut-être office de gardien bien qu'il n'ait jamais recu de subvention.

C'est en 1847 ou 48 que nous retrouvons un gardien à la décharge du Lac Matapédia. C'est un Écossais du nom de Lowe ou Loof. Il n'y sera pas longtemps puisque, en 1848, il sera remplacé par Marcel Brochu, le premier colon d'Amqui. (installé à la décharge du Petit Lac (Lac Bossé)

 

Voici le texte de Ferdinand Bélanger <<histoire postal du chemin Kempt>> d'où fut tiré le texte cité plus haut.

 

LA MÉMOIRE

 


L'histoire postale du Chemin Kempt

 

T.A. Stayner, sous-ministre des postes du Haut et du Bas-Canada, dans une lettre datée du 6 février 18371, nous éclaire quelque peu sur le service postal existant à cette époque dans le district de Gaspé.

Il mentionne que les 13,000 habitants de la péninsule, pour la plupart des pêcheurs, sont privés d'un service adéquat. Ceci étant dû principalement à la piètre qualité de la route qui avait fait retarder l'ouverture de bureaux de poste, ainsi que l'établissement d'un service régulier de courrier entre la Gaspésie et le reste du Bas-Canada.

En dépit de cette difficulté et suite à l'inauguration en 182411 d'une route qui relie Québec à Métis, Stayner ouvre le 6 janvier 18372 les bureaux deposte de New Carlisle, Cape Cove, Percé et Gaspé-Bassin.

 


 

Ferdinand Bélanger SHGPH est le rédacteur de cet article dans le journal ''La mémoire''  (pages=25,26,27)

 

 

Pour acheminer les lettres postées et destinées à ces bureaux, le courrier utilise le chemin Kempt.

 

C'est James Kempt (1764-1854) qui demande en 1829 à William McDonald et à l'arpenteur Frédéric Fournier de procéder au tracé d'un chemin qui va relier Métis au poste de Restigouche. La distance à parcourir sera de 98 milles à l'intérieur des terres. Le lieutenant général Kempt, avait reçu l'ordre de construire une route permanente qui devait servir au transport des troupes et du matériel. Celle-ci devait avoir vingt pieds de large et être déblayée de chaque côté d'un vingt pieds additionnels.

En 1830, on débute la construction du chemin Kempt sous la supervision de William McDonald et du major Wolfe. Les travaux au coût d'environ 30 000 $ se terminent en 1832. Il s'avère tout de même ardu d'utiliser ce chemin, ou plutôt ce sentier, comme en fait foi ce rapport de 1839 : « il est stipulé que seulement une partie de la route est terminée, que plusieurs sections sont ébauchées et qu'il n'existe qu'un sentier le long du lac Matapédia ». Au début des années 1840, on octroie une somme de 29 000 livres sterling6 pour rendre accessible aux usagers de charrettes légères le chemin reliant Métis à Campbellton. Ces deux villages sont séparés de 96 milles. Cette route militaire n'est réellement praticable qu'à partir des années 1842-1844.

À l'instauration du service postal, les autorités décident de répartir le transport du courrier entre deux entrepreneurs. Dans les documents d'archives, nous apprenons que Pierre Brochu transporte le courrier, du 6 juillet 1838 au 5 juillet 1841, entre Métis et les fourches de Matapédia (Causapscal).

Alors que A. Dixon reçoit cent cinquante livres sterling pour transporter le courrier, du 6 juillet 1840 au 5 juillet l841, entre les fourches et Dalhousie. Une fois la semaine, ces derniers se doivent de transporter sur leur dos, un ou deux sacs « de malle » pesant de trente-cinq à quarante livres chacun. De plus, ils effectuent ce trajet à pied.

En hiver, il s'avère difficile et même dangereux d'être courrier : Donald McClaren est retrouvé gelé le 25 janvier 1845. Il devait rendre l'âme quelques jours plus tard, devenant ainsi la troisième victime. Duncan et Alexander McGregor lui succèdent en février 1845. Deux fois la semaine, le courrier couvre en raquettes la distance qui sépare Métis de Restigouche.

Un an plus tard, on décide d'établir une fois la semaine un service régulier entre Québec et Gaspé. Par la même occasion, on ouvre le bureau de poste de Cross Point (Pointe-à-la-Croix), le 6 juillet 1846. Ceci évite dorénavant d'utiliser le traversier pour franchir la Baie-des-Chaleurs : tâche souvent difficile en hiver. Les travaux étant maintenant complétés sur le chemin Kempt, il devient possible en été, d'utiliser la charrette légère, et en hiver, le traîneau. Ceci n'est que partiellement vrai, car on doit tout de même utiliser les raquettes et les traîneaux à chiens jusqu'à l'hiver de 1862. C'est à cette époque que le contractant Geo. Dickson commence à utiliser le chemin de Matapédia qui va dorénavant longer la rivière Matapédia.

La première phase pour la construction du chemin Matapédia est réalisée de 1857 à 1862. L'étape finale est entreprise entre 1862 et 1867, à cause de la guerre de Sécession des Etats-Unis. Désormais, le chemin de Matapédia se présente comme une route militaire parfaitement construite et munie de ponts assez solides pour porter l'artillerie lourde. De ce fait, il supplante très rapidement le chemin Kempt, pour finalement mettre fin à son utilisation.

Il est intéressant de noter que durant ces quelques trente années d'existence, il ne s'ouvre aucun bureau de poste sur le chemin Kempt. Il ne pouvait en être autrement. On ne retrouve que six maisons sur ce parcours, dont quelques postes*. Au cours de cette époque, il semble qu'il exista 3, 4 ou même 5 de ces abris le long du chemin Kempt.

Le premier poste à ouvrir est celui de la tête du lac (Sayabec)11-12. En 1833, c'est Pierre Brochu (1795-1871) qui en obtient la garde. Il occupe cette fonction jusqu'à son décès.

En 1839, on procède à l'ouverture du poste des fourches (Causapscal). C'est Jonathan Noble

(1796-1878) qui en est le responsable. Parla suite, David O'Reilly,                             son gendre, le remplace.

Un troisième ouvre près de la rivière Assemetquagan en 1845. Il semble que ce soit Thomas Evans qui en fut l'unique gardien.

En 1848, un quatrième est établi au petit lac (Lac-au-saumon). Ici, plusieurs gardiens se succèdent. L'indien Para débute le travail, suivi de Pierre Brochu jr en 1849. Par la suite, Georges Le Bel le remplace en 1853.

Selon l'Abbé Michaud il semble qu'un cinquième poste aurait existé à la décharge du lac (Amqui). Il y mentionne le nom de deux gardiens, soit un certain Low ou Loof, et Marcel Brochu. Serait-il possible que les postes du petit lac et de la décharge aient été utilisés à des périodes différentes ?

De plus, on mentionne dans le Journal de l'Assemblée législative de 1857 que le long de cette longue route on ne rencontre que 2 ou 3 postes.

*poste : abri où l'on retrouvait un gardien payé par le gouvernement.

La Gaspésie 1863 - Carte du chemin Kempt


Emplacement des postes de gardiens

je ne peux malheureusement pas tranféere le croquis du chemin avec les emplacements ciblés. Pour la voir, cliquez sur l'hyperlien suivant: ''la mémoire'' en début de texte.


Source : Taché. Jules. Carte régionale de la province de Québec. Rimouski. Bonaventure. Gaspé 1895


1 Sainte-Flavie

2 Métis

3 Tête du lac (Sayabec)

4 Décharge du lac (Amqui)

5 Fourches (Causapscal)

6 Assemetquagan

7 Restigouche

8 Cross Point

9 Campbellton

10 Dalhousie

11 Cape Cove

12 Percé

13 Point St. Peter

14 Gaspé-Bassin

-




30/01/2009
1 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 4 autres membres